La NASA teste avec succès son réacteur nucléaire « portable » Kilopower

Pour ce premier essai, le réacteur utilise un noyau d’uranium 235 de la taille d’un rouleau d’essuie-tout. Un moteur Stirling se charge ensuite de convertir la chaleur en électricité ; un principe simple et maîtrisé depuis très longtemps.

« Kilopower est un système de fission petit et léger, capable de fournir jusqu’à 10 kilowatts de puissance électrique, assez pour faire fonctionner plusieurs ménages moyens, sans interruption pendant au moins 10 ans. Quatre unités Kilopower fourniraient assez de puissance pour établir un avant-poste » selon la NASA.

Ce réacteur portable pourrait servir pour des missions sur Mars, mais aussi sur la Lune ou une nuit équivaut à 14 jours sur Terre.

Financé par la Direction de la mission de technologie spatiale (STMD) de la NASA, le projet Kilopower est né en 2012 et vise à construire des réacteurs simples et peu coûteux qui peuvent être utilisés pour une grande variété de missions planétaires, dont l’installation de l’Homme sur Mars. Le besoin est réel et la NASA a trouvé une solution qui résiderait dans le potentiel de l’énergie nucléaire et notamment de la fission nucléaire, la même qui est employée dans les centrales terrestres.

 

Mardi 18 janvier 2018 le projet Kilopower a refait parler de lui car les premiers tests, réalisés dans le désert du Nevada, auraient été une réussite. Au cours d’une conférence qui s’est déroulé au National Atomic Testing Museum de Las Vegas, la NASA et le ministre de l’Energie ont présenté la suite du projet : au mois de mars 2018 pourrait se tenir le premier essai grandeur nature.

 

En réalité, Kilopower est une idée relativement peu complexe : il est question ici d’une mini-centrale nucléaire susceptible d’être transportée par les astronautes et en capacité de résister aux conditions climatiques extrêmes de Mars.

Son réacteur nucléaire, fonctionnant à l’uranium, n’est que du calibre d’une boite de conserve, la chaleur produite par fission est ensuite transférée par un caloduc à vapeur de sodium et fait alors tourner un moteur Stirling.

Principe du moteur Stirling :

Phase 1 : Le gaz de travail (ici de la vapeur de sodium), chauffé par le réacteur nucléaire, tend à occuper plus de place et repousse le piston chaud au fond de sa course (vers la gauche). Lorsqu’il est arrivé en butée, l’expansion du gaz se poursuit en direction du cylindre froid et repousse le piston froid (vers le haut). Ces mouvements sont transmis à la roue.

 

Phase 2 : Le gaz est maintenant à son volume maximal. La roue transmet son mouvement au piston chaud (vers la droite), ce qui envoie la plus grande partie du gaz vers le cylindre froid, où il va se refroidir. La chaleur est alors dissipée via les radiateurs en partie haute de la mini-centrale.

 

 

Phase 3 : Presque tout le gaz est maintenant dans le cylindre froid et le refroidissement du gaz continue. La pression du gaz est à son minimum. Il se contracte et le piston froid redescend.

 

 

 

Phase 4 : Le gaz est maintenant à son volume minimum et le piston chaud est tiré vers la gauche par la roue et les transmissions. Le gaz est ainsi aspiré dans le cylindre chaud. Comme il se réchauffe, son volume augmente et le cycle recommence.

 

 

 

Plusieurs Kilopower permettront d‘alimenter en énergie les futurs camps de base à la surface de la planète rouge, notamment quand les nuits sont trop longues pour adopter de l’énergie solaire ou au cours des tempêtes de sable.

Évalué à 10 KW, un réacteur Kilopower dégage assez d’énergie pour alimenter deux foyers américains moyens et peut fonctionner sans interruption pendant dix ans sans ravitaillement.

Nous parlions d’un réacteur similaire dans notre dossier « Résidences martiennes : taupinières ou maisons de verre ? ».

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s